Le musée de l’éphémère

Le projet prend forme à l’arrière du nouvel Hôtel de Ville de Herstal. C’est là qu’est ciselé un lieu inventif dédié à la préservation de la nature, à la conservation des plantes sauvages et indigènes, à la détente, à l’art participatif, aux démarches éco-responsables, à la découverte, à l’apprentissage, aux formations et à la collaboration avec des publics de tous les âges.

Ce concept novateur a été imaginé par l’artiste Werner Moron, sculpteur de biotopes pour l’asbl Natagora. La ville de Herstal, sous l’impulsion de Frédéric Daerden, a soutenu le projet car elle est convaincue qu’aujourd’hui plus que jamais il est indispensable de repenser les manières de produire, de consommer, de créer du lien social et d’habiter les villes. Dans cette optique, l’aménagement du site a intégré la composition de jardins – dessinés par l’architecte Adrien Mans – dans lesquels les habitants pourront cultiver, produire, échanger pratiques et semences et prendre du plaisir. Le citadin retrouve ainsi un rôle à jouer dans la fabrique de la ville. C’est à la Régie Immobilière Urbéo qu’il fut délégué le suivi des travaux avec les entrepreneurs, en particulier le groupe ELOY et les équipes de Natagora. INTRADEL a rejoint ce groupe de travail pour favoriser le développement de l’économie circulaire sur le site.

L’initiative revient au Département Éducatif de Natagora – association de préservation de la nature active sur tout le territoire de la Wallonie. Natagora dispose déjà d’un centre d’éveil à la nature dans un écrin de verdure, à Virelles. Le projet de Herstal se construit en miroir afin de pouvoir proposer le premier centre d’éveil à la nature en milieu urbain cette fois.

Un groupe de travail proposera des idées créatives pour ré-enchanter des lieux – publics ou privatifs – et préserver des îlots de biodiversité. Nous chercherons à innover et à faire rêver. Pour que l’imagination reste au pouvoir et que l’aménagement des espaces publics soit respectueux du vivant.

Dans un environnement en mouvement – où l’on construit, défait, rénove, déplace, transforme – le « Musée de l’Éphémère » veut devenir un lieu de référence inspirant en matière d’écologie urbaine, pour les Communes wallonnes, les associations publiques et privées et les citoyens.

« Plus que jamais, l’aménagement des espaces verts dans notre environnement nous est nécessaire. Nos modes de vie contemporains nous amènent à désirer toujours plus de contacts avec ce patrimoine naturel dont dépend non seulement notre qualité de vie mais tout simplement notre vie même. La nature influe profondément sur le corps et l’esprit. Elle contribue à soigner l’homme et les paysages meurtris. Elle atténue les effets du changement climatique. C’est dans ce contexte que ce Musée prend toute son importance ». Paul Gailly, directeur du Service éducatif de Natagora

Les 9 zones du Musée de l’éphémère.