L’effet coquelicot

« Où trouver des plantes indigènes et des variétés peu connues légumes anciens ou parfois oubliés ? Comment les associer ? Que faire pour créer un jardin où la vie foisonne ? Comment (re)découvrir des plantes pleines de vertus pour l’alimentation des hommes, pour leur santé, celle des sols et de la biodiversité ? »

Voilà les principaux enjeux du projet  « L’effet coquelicot », la première slow pépinière qui propose de prendre le temps, de laisser pousser les plantes à leur rythme, diminuer son impact, de se poser, d’observer ce qui se passe, de discuter, de se former et d’échanger.

Son envie est de faire découvrir ce qui nous lie au végétal, depuis des millénaires, tout en respectant la terre et le vivant. Son originalité réside dans le choix de plantes respectueuses de l’environnement, gardiennes de savoirs et stimulantes pour les sens et leur production responsable. La part belle est faite aux plantes locales.

Concrètement, le public sera accueilli par une biologiste de formation – Gabrielle Tarte – qui propose des ateliers de savoir-faire et vend des plantes qui soignent, qui nourrissent et qui embellissent les espaces de vie. Pour en savoir plus : www.leffetcoquelicot.com

« L’effet coquelicot », c’est un autre rapport au vivant… Dans la zone n°3 du site, vous apprendrez à observer votre jardin pour en tirer des conclusions utiles pour vos plantations. Ainsi, vous comprendrez davantage que la nature est votre alliée et qu’il est plus régénérant de composer avec elle plutôt que lutter énergiquement contre elle avec des produits chimiques. Vous apprendrez aussi à mieux organiser vos cultures afin de ne pas produire des efforts inutiles.

L’entrepreneur : Gabrielle Tarte, biologiste

« Depuis toute petite, j’ai toujours eu un lien très fort avec la nature. J’ai entrepris des études de biologie à l’Université où je me suisdécouvertune véritable passion pour les plantes sauvages. J’ai ensuite décidé d’approfondir mes connaissances avec une formation de guide nature et puis d’éco-conseillère. D’autre part, j’ai toujours beaucoup aimé les bricolages et loisirs créatifs en tous genres. J’ai aussi animé longtemps des groupes dans les mouvements de jeunesse. Ce projet est finalement la suite logique de mon histoire : la passion des plantes, le souci de l’environnement, l’acquisition et la transmission de savoir-faire ».