Les 9 zones du Musée de l’éphémère

ZONE N° 1 / « Ce jardin se veut accessible à tous… et à tout : même aux machines qui viennent nous aider… Pour pénétrer dansle Musée, un chemin de graviers et de cailloux … plutôt que d’asphalte ou de béton… Même ce chemin deviendra vivant ! Il laissera l’eau pénétrer dans le sol et ainsi continuer son voyage vers la nappe phréatique. Il se couvrira de plantes résistantes au piétinement. Hé oui ! La nature a même « inventé » des plantes résistantes au piétinement… Incroyable, non ? ».
Que trouve-t-on dans cet espace ? Gravier et cailloux ; une multitude de végétaux qui supportent le piétinement (exemples : plantins, pâquerettes, brunelles, etc).

ZONE N° 2 / A ce Musée, il fallait une entrée, un sas qui permette aux visiteurs de passer des contraintes imposées par le béton à la liberté que nous cultivons ici. Qui, mieux que les jeunes, peuvent nous parler de liberté ? Leur mission : (re)découvrir leurs racines profondes et, en mêlant des souvenirs d’un autres temps aux épaves abandonnées par nos contemporains, nous offrir cette fresque qui nous propulse dans leur (notre ?) avenir… Y trouverez-vous l’harmonie dont vous rêvez ?
Que trouve-t-on dans cet espace ? Sous l’impulsion d’artistes et du Service Jeunesse de la Ville de Herstal, cette zone sera dédiée à une fresque évolutive, réalisée par les jeunes du quartier. Dans sa composition, elle intègrera la troisième dimension en reprenant des éléments de la nature mais aussi divers objets issus de la « Ressourcerie au Pays de Liège », des greniers de chacun et de brocantes parfois.

ZONE N° 3 / « Depuis toujours, l’homme est allé chercher des ressources dans la nature. Ensuite, il a appris à produire lui-même ce dont il a besoin en observant son environnement. C’est la nature qui nous a tout appris ! Et puis, et puis… Le charme fut rompu par la volonté de productions toujours plus importantes. Ici, réapprenons ensemble ces gestes qui nous nourrissent tout en respectant les cycles et les rythmes de la nature. Ici, intéressons-nous à la vie du sol et aux besoins de plantes et d’animaux que nous avons domestiqués ».
Que trouve-t-on dans cet espace ? La pépinière « L’Effet Coquelicot » ; le poulailler urbain et les clapiers à lapins ; les jardins dédiés à la permaculture ; les jardins hors sols et les jardins classiques ; les plantes tinctoriales et les plantes culinaires ; les variétés anciennes de légumes et les plantes compagnes ; des haies variées ; un mur sec ; des composts urbains ; une zone humide entourée d’une torsade en noisetier et d’un massif drainant ; de petits ouvrages d’art et de clôture ; des revêtements de sols perméables aux eaux de pluie ; des solutions pour cultiver quand le sol est pollué ; une aire de repos où l’on vient se ressourcer ; un ensemble bac à arbuste, banc, poubelle Un jardin où les déchets sont valorisés en ressources. Cet espace est essentiellement un lieu de production : de légumes, de plantes compagnes, de viande (lapins et poules), d’oeufs, de savoir-faire, etc.

ZONE N° 4 / « Nos grands-parents savaient comment les plantes cultivées se protègent les unes les autres contre les ravageurs. Ils savaient également comment conserver leur production de fruits et de légumes pour en profiter longtemps. Certains de nos anciens ont dû quitter leur jardin pour venir travailler en ville. Y a-t-il moyen de raviver leurs souvenirs ? Y a-t-il moyen d’adapter ces anciennes façons de faire aux espaces que nous offre la ville ? C’est ici que vous retrouverez la joie de récolter les fruits… de votre travail… ».
Que trouve-t-on dans cet espace ? Plantation d’arbres et arbustes comestibles. Grâce à leurs interactions mutuelles, les espèces choisies demandent peu de travail du sol, de désherbage ou de contrôle des ravageurs. Cet espace nourricier est en lien avec le projet MIIIX. Il permettra le développement d’activités variées : comment conserver fruits et légumes ? (dans un bocal, la fermentation, la congélation, les confitures, les pâtes de fruits, la conservation en pleine terre, l’ensilage, la déshydratation, le séchage, etc).

ZONE N° 5 / A propos de montagne… nos villes ne sont-elles pas une succession de falaises grises et sans beaucoup de vie ? Ce site compte également ses falaises. Voyez comment, avec quelques aménagements simples et un peu de bienveillance, elles peuvent accueillir plantes et animaux sauvages. Voyez comment, même si vous ne disposez que de quelques petits espaces apparemment ingrats et hostiles, vous pouvez offrir ces espaces à la nature… et ainsi laisser la vie envahir votre quotidien ».
Que trouve-t-on dans cet espace ? Des plantation de végétaux grimpants à floraison abondante et feuillage décoratif pour inspirer tout visiteur qui souhaite habillez un mur ingrat, un treillis, un grillage ou encore les planter en pot.

ZONE N° 6 / « Rien que pour vous faire rêver, nous vous avons installé cette petite montagne couverte de lavandin… La nature recycle ses déchets depuis 4 milliards d’années. Les montagnes, les vraies, ne sont que des déchets de la nature, accumulés au fond des mers depuis longtemps puis remis au jour par les tourments de notre planète. La montagne que nous vous offrons a également été façonnée avec des déchets abandonnés dans notre espace… et pourtant, dès le retour des beaux jours, ce milieu s’animera de joyeux bourdonnements… La vie, quoi ! »
Que trouve-t-on dans cet espace ? Une évocation reconstituée de la nature sauvage, spontanée favorisant une flore diversifiée où les plantes colonisent le béton. L’artiste , W. Moron, a choisi de mettre à l’honneur des éléments extraits du chantier lors de la démolition (béton, pierre, terre, fondations des industries…) avec l’assistance technique de l’entrepreneur Eloy. La composition se complètera prochainement par certains types de roches de la région et du sable de colorimétrie variée. Ceux-ci se couvriront de mousses, d’algues et de végétaux colonisateurs. Mille lavandins furent plantés. Ces espaces seront propices comme cachettes pour insectes et abeilles solitaires. Toute personne qui souhaite aménager chez elle des talus pourra venir s’inspirer des espèces indigènes à valoriser.

ZONE N° 7 / « Stop ! Fermez les yeux… Ecoutez… Sentez… Touchez… Réveillez tous vos sens ! Accueillez le monde… Le petit cheminement que nous vous proposons sera peut-être l’occasion d’un voyage. D’un voyage intérieur vers un temps où l’homme vivait en harmonie avec le cycle des saisons… et avec lui-même. Après ce petit entrainement d’éveil, vous serez certainement capable de vous reconnecter à la simplicité qui sommeille en vous et que peut réveiller, où que vous soyez, le bourdonnement d’une abeille, les couleurs d’une fleur, la saveur d’un fruit…».
Que trouve-t-on dans cet espace ? Découvertes végétales par les cinq sens (odeurs, textures, sons, impacts visuels et gustatif). Cet espace se veut tout à la fois espace de découverte, de contemplation, de repos et d’expérimentation.

ZONE N° 8 / « Si le visiteur a été accueilli à l’entrée de notre parcours, c’est ici que la visitée, la nature, sera invitée à étancher notre soif de curiosité. Différents aménagements faciles à mettre en place permettent d’accueillir des plantes et animaux sauvages au cœur de la ville. Si vous les accueillez aussi dans votre espace de vie, cet espace de joyeuse cohabitation fera tache d’huile : le petit jardin s’agrandira au fil de votre intérêt. Chaque espace partagé avec la nature enrichit notre environnement quotidien. Qui pensera encore que le ciel de Herstal est gris ? ».
Que trouve-t-on dans cet espace ? Création d’espaces verts où la vie foisonne pour le plus grand plaisirs des hommes, des plantes et des animaux : végétaux indigènes, pré fleuri, oiseaux, amphibiens & insectes admis. Créations de nichoirs pour insectes, chauves-souris et oiseaux. Création du mobilier public et des cheminements à partir d’éléments tels que des pommes de pins, gravats, pierres et terre. Créations de petits talus avec bois et branchages. Pré fleuri. Récupération des eaux de pluie. Éléments de délimitation des monochromes végétaux en bois, briques et/ou cailloux. Semis et engazonnement. Sièges lumineux réalisés à partir de petits troncs d’arbres Ensemble bac à arbuste, banc, poubelle. C’est dans cette zone principalement que tous les principes du « Réseau Nature » de Natagora vont se mettre en scène.

ZONE N° 9 / « Nous sommes en ville, ne l’oublions pas… Avec ses habitants, venus de tous les coins du monde… Regardez ici toutes ces plantes, venues de tous les coins du monde, déracinées bien malgré elles pour se retrouver parmi nous… Ces exilées, parfois récoltées dans votre jardin, c’est vous, nos merveilleux voisins, qui les avez apportées ici comme autant de petites notes ajoutées à cet hymne à la vie et à la diversité que nous composons tous ensemble ».
Que trouve-t-on dans cet espace ? Une approche ludique et éducative des plantes exotiques, horticoles et invasives. Des variétés de pots et des supports créatifs.

Textes de Paul Gailly, Directeur du département éducatif de Natagora.